C’est sans doute la retombée la plus spectaculaire de la taxcification promise par le nouveau gouvernement qui cessera de soutenir « une approche plus rigoureuse que nécessaire pour les personnes qui sont de bonne foi ».

Dans ce contexte, la cotisation spéciale de 309%, en réalité 300% majorés d’un impôt de crise de 3% qui agaçait jusqu’au Conseil d’Etat, « sera ajustée avec des taux à la baisse ».

Jusqu’où ? Mystère.

Parallèlement, le nouveau gouvernement entend réformer et simplifier le système des dépenses non admises « par une répartition en une partie amendes et impôts, une partie avantages non individualisables et une partie libéralités » avec pour chacune « une portées sans ambiguïté ».

Dans la foulée, les notions de dépenses ou frais qui font l’objet d’une limitation tant au niveau de la TVA que de l’impôt sur le revenus seront « harmonisés au maximum ».

Source : Trends Top